Follow us on:

Déjeuner de travail avec les députés français à l'Assemblée nationale

Les députés de l'Assemblée nationale française ont organisé un déjeuner de travail dans les locaux de l'Assemblée en l'honneur de l'Ambassadeur M. Kullashi. L'Ambassadeur était accompagné du Consul M. Dakaj et de l'assistant M. Valdet Shermeti.

La délégation de 15 députés était présidée par M. Christian Ménard qui, depuis maintenant dix ans, maintient des liens étroits avec les institutions du Kosovo, en particulier l'Assemblée du Kosovo. Les députés français présents appartiennent tant à la coalition gouvernementale qu'aux partis d'opposition. Etait également présent M. Philippe Lefort, directeur de l'Europe continentale au sein du MAE.

Les députés étaient intéressés par les développements politiques actuels au Kosovo et dans la région, les résultats des dernières élections et le processus de formation du nouveau gouvernement, ainsi que par les combinaisons possibles de la coalition gouvernementale. Ils ont exprimé l'espoir que le nouveau gouvernement soit stable, dans la perspective de l'engagement du dialogue avec la Serbie, en soulignant que cette question est importante pour la stabilité de toute la région. M. Kullashi a expliqué la position officielle du Kosovo aussi bien concernant les développements actuels que les attentes du concernant ce dialogue. Par la suite,  les députés se sont intéressés à la position officielle sur le rapport de Marty et les implications politiques de ce rapport pour l'image du Kosovo en Europe ainsi que dans d'autres régions du monde.

M. Kullashi a rappelé que les autorités du Kosovo, immédiatement après la publication du rapport, ont exprimé la volonté d'une enquête professionnelle internationale. Dans le même temps, il a souligné quelques-unes des principales objections qui ont été formulées face aux allégations et aux thèses de Dick Marty. M. Kullashi a noté certaines limites et contradictions du rapport. D'une part, M. Marty affirme que ses recherches ont pour objectif la vérité et la justice et, d'autre part, il pose une série de fausses déclarations, comme par exemple l'attitude «manichéenne" des institutions de la communauté internationale face aux conflits au Kosovo, bien qu'elles aient une attitude objective et analytique. Marty dit qu'il ne se soucie pas de l'appartenance ethnique des victimes, mais en fait, tout au long du rapport, il ne parle que des Serbes portés disparus et même principalement d'un prétendu crime pour lequel il n'existe aucune preuve au sens juridique. M. Kullashi a souligné la responsabilité du Conseil de l'
Europe qui, en adoptant le rapport Marty, a laissé de côté la question de la majorité des disparus et de la responsabilité des auteurs des crimes de plus de 10.000 civils albanais. Cette approche est incompatible avec les principes proclamés du Conseil et de la Commission sur les questions juridiques et des droits de l'homme.

Une bonne partie de la discussion a été consacrée aux opportunités de coopération économiques et culturelle entre la France et le Kosovo. M. Ménard a informé l'Ambassadeur que l'Assemblée nationale de la France prépare une invitation pour les députés de l'Assemblée du Kosovo, dès la constitution de la nouvelle Assemblée.